Par support > Recueils de pièces diverses > Recueil Tralage

 

[s. d.]

[Anonyme], Recueil Tralage

Paris, Librairie des bibliophiles, 1880

Les courtisans, critiques sans mesure

Cette petite réflexion que nous conserve le recueil Tralage satirise les réactions d'un certain public :

Molière, dans la comédie des Femmes savantes, a dit beaucoup de bien des gens de Cour et du mal des gens de lettres, mais c'est par intérêt : il voulait flatter les courtisans pour faire réussir sa pièce. Il y a bien des gens qui ne voient que par les yeux d'autrui. M. le duc un tel dit que cela est merveilleux, que cela est enchanté. Donc cela est beau ! conclut le client, qui n'oserait dire ce qu'il en pense. Parmi les courtisans, il n'y a point d'ouvrage médiocre, ni passablement bon :« il est merveilleux, admirable, enchanté, il enlève »; ou bien, tout au contraire : « il est détestable, misérable, il faut brûler le livre et l'auteur » ; et tout cela, la plupart du temps, est décidé au hasard. Il y a l'étoile du berger, à l'égard de ces gens-là, pour les ouvrages d'esprit comme pour les faveurs amoureuses : presque tout par caprice, rien par raisonnement, il en coûterait trop d'examiner et de juger ensuite sans prévention.

Edition disponible sur Openlibrary.


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »