Par support > Relations de voyage > Troisième partie des voyages de M. de Thevenot, contenant la relation de l'Indostan, des nouveaux Mogols et des autres peuples et pays des Indes

 

ca. 1684

Jean Thevenot, Troisième partie des voyages de M. de Thevenot, contenant la relation de l'Indostan, des nouveaux Mogols et des autres peuples et pays des Indes

Paris : Vve Biestkins, 1684

La fête de Choubret vue d'un œil étranger

Dans cette relation d'un voyage aux Indes orientales, on trouve cette description des fêtes religieuses. D'une autre confession, le voyageur ne vit pas l'événement d'une manière spirituelle mais bien comme un spectateur attentif aux détails de la mise en scène:

Fête de Mahométans

Je croyais avoir marqué dans mon livre de la Perse toutes les fêtes que les Maures ou les Mahométans célèbrent, mais ils en firent une en cette ville que je n'avais pas encore vue. Ils l'appellent Fête de Choubret: ils croient que ce jour-là les bons anges examinent les âmes des morts, et écrivent tout ce qu'ils ont fait de bien pendant leur vie, et que les mauvais anges marquent aussi en ce même jour leurs mauvaises actions. En sorte que chacun emploie cette journée dans laquelle ils croient que Dieu voit les comptes des hommes, à le prier, à faire des aumônes, et à s'envoyer des présents les uns aux autres. Ils finissent la fête par des illuminations et par des feux qu'ils allument dans les rues et dans les places publiques, et par quantité de fusées volantes et autres feux artificiels que l'on voit de tous côtés, pendant que les riches se régalent réciproquement de collations et de festins dans les rues mêmes, ou dans les boutiques.

Relation originale en ligne sur Gallica p. 90


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »