Par support > Correspondances > Lettres de la Princesse Palatine

 

1695

Elisabeth-Charlotte de Bavière – Princesse Palatine, Lettres de la Princesse Palatine

Le rejet des comédies pieuses

Les lettres de la Princesse Palatine décrivent avec une grande vivacité de ton les événements de la cour de Louis XIV. Avec humour, elle rapporte ici une anecdote qui montre que le parterre a une véritable influence sur la réception.

Paris, le 1er mai 1695

Je crois que, comme l’on est tellement dévot à la cour, les auteurs se sont imaginés qu’on ferait meilleur accueil à leur pièce, s’ils y mêlaient un peu de piété. Au début cela a réussi, mais à cette heure on ne peut souffrir leur comédie. Quand les acteurs l’annoncèrent la dernière fois, le parterre répondit : "Nous n’en voulons plus !" "Pourquoi cela ?" demandèrent-ils ; "elle a pourtant été fort goûtée". Le parterre répondit : "Cette comédie n’a pas été sifflée parce que c’étoit en Carême et que tous les siffleurs étaient occupés à Versailles à siffler le sermon de l’abbé Boileau". C’était là une jolie réponse…

éd. Olivier Amiel, Mercure de France, « Le Temps retrouvé », 1999, p. 175


Pour indiquer la provenance des citations : accompagner la référence de l’ouvrage cité de la mention « site Naissance de la critique dramatique »